Chroniques d'un sérievore Never seem to get enough…

3mar/112

X-Files, l’intégrale, épisode 1 : les débuts

Allez, c'est parti, il y a quelques semaines j'ai décidé de me refaire l'intégrale de X-Files en parallèle de ma consommation journalière de séries. A petits pas donc, tranquillement, sans gloutonner les 9 saisons en moins d'un mois ! Jamais revu depuis le visionnage sur M6 en VF à l'époque, ça faisait un moment que je voulais revisionner avec du recul la série qui m'a fait plonger dans mon addiction. J'en suis au 2/3 de la saison 1 et je ferai régulièrement des billets pour vous communiquer mes impressions sur la série, bientôt 10 ans après son arrêt le 19 mai 2002.

"Oh mon dieu, Dana, tes cheveux, tes fringues, mes yeux, ils saignent" Voilà grosso modo ma première réaction quand j'ai regardé le pilote. Mais bon nous sommes en septembre 1993 et la mode de l'époque était ce qu'elle était :D . Ma deuxième réaction fut à propos du budget apparent de l'épisode, nous sommes loin des saisons suivantes. C'est plus cheap, non pas que ça enlève du charme à l'histoire, mais le succès n'étant pas encore au rendez-vous, les investissements étaient plus raisonnables. Ce premier épisode est paradoxalement un parfait résumé de la série, dans le sens où tous les éléments clés sont présents. Enlèvement par les extraterrestres, perturbations temporels, implants sur des humains, opposition entre nos 2 protagonistes. Je ne me rappelais plus que le pilote en montrait autant, mettait tant les "pieds dans le plat".

Viennent par la suite des épisodes indépendants (qui contraste avec les épisodes "fil rouge" qui alimente l'intrigue principale du complot). Là c'est beaucoup plus inégal. Ghost in the Machine est vraiment trop kitch, Space est trop creux et m'a ennuyé, quand à Lazarus, le sujet est mal traité. Mais il y a aussi des perles comme Ice, au parfum de The Thing de Carpenter ou alors Eve avec ses jumelles particulièrement flippantes. Globalement et ça se comprend, cette saison traite principalement de sujets liés à la vie extraterrestre (pas loin d'un tiers).

Mais la saison 1 c'est aussi l'exceptionnel diptyque Squeeze (1x03) / Tooms (1x21), mettant en scène Eugene Victor Tooms. A l'heure ou j'écris ces lignes, je n'ai pas encore regardé le deuxième, n'étant arrivé qu'au 1x17. Cependant, dans mes souvenirs, il est encore plus terrifiant que le premier.

Repénétrer dans l'univers X-Files est vraiment une expérience agréable. Je redécouvre avec plaisir des épisodes plus ou moins oubliés et surtout, je me remémore ce qui en a fait une série si forte : ses thèmes, sa musique envoutante (Mark Snow !), ses personnages secondaires fouillés et intrigants et bien sûr, le duo Mulder / Scully qui fonctionne à merveille. Revoir tout ça en VO rajoute une touche de nouveauté pas désagréable.

La suite de cette chronique bientôt, quand j'aurai avancé dans mon voyage dans le temps :D .

Par ToYonos le Jeudi 3 mars 2011, 16:32 - Remplis sous: X-Files Laisser un commentaire
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. J’ai bien aimé dans la VF, sur l’un des tout premiers épisodes, on entend la radio des flics.

    Le son n’est pas les échanges radio en VO, et personne ne s’est fatigué à traduire, du coup on a un gars qui parle avec une patate dans la bouche.

    s’m'a bien fait rire :D

  2. Le doublage de l’époque :D


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant